Rosée, grège et ocre pale

CATMAT / 20.03.04

V i o l é e


Ma sœur ma douce
J’ai séché tes larmes de mes pouces
Bercé ton corps
Lavé tes cuisses

Mon sexe solidaire
De meurtrissures en déchirures
Les sèves coulent…

Je suis pleine de peine et de colère
Certains de nos frères
Défoulent leurs craintes
Imposent leurs pouvoirs
Mais je te le dis comme une prière
Je ne peux te laisser croire
Que tous les hommes sont comme ça
Ni dans les cités, tours de Babel bétonnées
Ni au cœur des quartiers les plus friquées
Il te faudra du temps et du courage
Pour être sûre que rien en toi n’est sale ni coupable
Ne pas trembler près des épaules trop carrées
Laisser les mains les yeux de ceux
Qui savent l’égalité et le respect
Au nom de leur dieu ou de leur seule humanité
Te toucher te caresser
Laisser
Aimer
Ecoute :
L’appel des limbes
Tendre moiteur
Rosée, grège, ocre pale, orange et rouge vif
Reflets de nacre
Loin ton supplice
Gestes complices
Couleurs
Passion - tendresse
Rosée, grège, et rouge vif
Plus jamais de chair à vif