Retour en Sicile

CATMAT / Syracuse: juillet 2019 et Le Perray: mars 2020


Tyndaris


Il existe tout au bord du nord de la Sicile
Un lieu unique de plénitude

Empli de parfums hellénistiques
Il te faut prendre de l'altitude
De routes en lacets serrés
Passer
Les marchands du temple
Du sanctuaire de la Madonna Nera
Et continuer à grimper sur le sentier
A pied

Loin de la foule dévote
Et dans le plus grand des silences
S'est posé entre terre, ciel et mer
Un espace ouvert sur l'infini de soi, de l'horizon
 
Des pierres assemblées depuis plus de 2300 ans
Usées et manquantes en grande partie
Dessinent un théâtre grec au contour modeste
Loin de l'emphase magnifique de celui de Taormina
Mais il est souvenir d'enfance vibrant
Dans ma mémoire
Comme une corde qui résonne jusqu’à aujourd'hui
Je suis revenue ici

Et plantée droite
Debout
Face à la mer et aux îles bleutées qui naviguent à l'horizon
Je ressens exactement de semblables frissons
A l'unisson de l'univers
De sa nuit de sa lumière
La même incroyable plénitude
Un ancrage jusqu’au plus profond de la terre
Les bras, le corps et l'âme tout entiers ouverts à l'infini de mon regard

Ce théâtre qui vit jouer les antiques et frémir son public
Est le centre de vibrations uniques qui remontent en mon corps et
apaisent tout de mon esprit

Je suis une corde de résonance qui tremble depuis plus de 40 ans
D'un point à l'autre de ma vie sans oubli
Je laisse ce mystère étendre son émerveillement
Et goûte à cette sérénité et intime puissance
M’abreuve d'abondance de cette jouissance
Et savoure la constance de mes 8 ans

C'est dans ce lieu abandonné, ouvert à l'étendue du monde,
Que j'aimerais, plus qu’en n'importe quel ailleurs, dire mes textes à l'envol
En écho du grec des anciens