Clic ! Clac !

CATMAT / 2005

Poupée papier mâché



Elle est née chiffonnée
Papier mâché
Boulette crachée
De la matrice
Un sale caprice
D’ADN survolté
Ratée
Née vilain masque
A la face burlesque
Tête d’argile malaxée
Des doigts d’enfants
Triture le moule
Pâte à modeler

L’enfer
Des cours d’école
A la récré, jours sans paroles
Alors le cœur comme son faciès
Pomme rouge plissée ratatinée

Oiseau blessé
Recherche fierté pour s’envoler
Tout simplement croiser des yeux

Elle n’est qu’une surface sur laquelle les regards rebondissent sans pénétrer :
Plein de pitié ou fascinés
Horrifiés, moqueur et tous soulagés de n’être pas,
De n’être qu’eux,
La peau lissée
Bien dessinés

Elle est le miroir qui leur dit :
« tu es la plus belle et le plus beau »
Relativise leurs p’tits défauts
Face aux modèles télévisés, papiers glacés

Elle est une sorte de sœur de charité
Chacun s’détourne cœur appaisé
Puisque c’est ça qu’on attends d’elle
Elle leur donnera
En grand format
Un million d’fois
Elle diffusera
15 ans déjà
Polaroïd
Pour s’exercer
Sous tous les angles elle se capture
Pour s’offrir en pâture
Aux inconnus
Elle en dispose, discrète
Au coin des rues
Guette
L’expression de ceux qui reluquent
Et elle les flashent et les capturent
Dans leur posture de bien foutu

Elle est née chiffonnée
Papier mâché
Boulette crachée
De la matrice
Un sale caprice
D’ADN survolté
Ratée
Née vilain masque
A la face burlesque
Tête d’argile malaxée
Des doigts d’enfants
Triture le moule
Pâte à modeler
Elle est née chiffonnée
Papier mâché