Mémoire

CATMAT / 04.04.15

Pierre et Sable


Il y a le sable et le silence
L'horizon des volutes de chaleur
Et la lenteur de toute chose

La Pierre est là
Immobile
Et comme immuable

Mais les creux, bosses, rayures et gravures
Sont le temps qui racle

Les millions de pieds qui ont foulé la Pierre
Les ongles qui l'ont désespérément griffé, agrippé et blessée
Les taches de feu et de viande qui l'ont souillée
Les poinçons qui l'ont gravée

Traces de vies si brèves
De l'ombre à la lumière

Il y a bien sûr la relève
D'un autre humain qui se lève

Mais la disparition de tant d'êtres
Pour que la Pierre s'incurve
Et que naissent ses nervures...

Elle est la mémoire minérale
De l'humanité en marche vers la poussière