La Vénus empêchée

CATMAT / 11.11.16, Spectacle Slam ô Féminin Avignon Off 2017


Les regards omnipotents
Sur mon corps impotent
Par vos mots qui s'enroulent
Et m'enrobent d'un carcan
Qui lacère mon indépendance
Votre licence à mon endroit
Met mon cœur à l'envers de ma silhouette-sculpture
Impure à vous plaire
Je ne suis plus qu'une enveloppe posée sur un linéaire, offert.

Sans bonjour, avant même un baiser
T'as : maigri, boudiné, pris d'la fesse ou le ch'veu qui filasse, faudrait voir à quand même prendre soin d'toi !
Être belle, mais pas soi
Prendre soin de vos avis sur moi
La peau son grain, sa douceur, sa blancheur, mais pas trop
La graisse et les formes là où faut comme il faut, mais pas trop
Vire tes poils ça fait sale
Et tes cheveux sont trop lisse, trop frisé, trop court ou trop long
Pas assez ou bien : là ton coiffeur il assure, ta coupe te mets vraiment en valeur
Maquillage : trop nature ou trop pute
C'est comme pour les jupes
Trop court, trop long, pas assez, tu devrais...
Sois quand même un peu plus féminine!
Mais pas trop là tu fais ta salope
T'es trop bonne ou trop fade
Va t'faire relooker c'est la honte
Va t'cacher t'es trop moche
Cageot, canon
Tu veux mon con ?
Là est la vraie question.
Ma vulve bientôt sera votre
Glabre et à disposition

Mais de quels petits arrangements avec vous même
Justifiez-vous une telle objectivation de mon être ?
Femmes complices et reproductrices de vos propres soumissions
Hommes aux caprices légitimés par toute une société de domination
Inculquée dès le biberon, bleu et rose bonbon
Pouvoir et plein d'pognon
Salaires en berne et quelques gnons
Faut bien faire obéir la guenon
Celle qui peu peut et pis moins bien
Celle qui doit pas aller trop loin

Petits arrangements avec soi même
Pour légitimer ses exactions
Trouver des recours biologiques
Scientifiques, et bien sûr théologiques
Inférieure et coupable
Pécheresse et pas rentable
Une mère, une icone et cacher ce sang que je ne saurais voir
Un trophée qu'on exhibe
Une potiche bien roulée
Qu'on peut casser ou bien jeter dès qu'elle est périmée, trop ridée
Une pomme toute plissée, ratatinée après 50 ans du balais, faut quand même pas pousser! Pour un homme c'est le bel âge, la maturité, l'expérience on est bien loin de la déchéance d'une plastique identitaire.
Dans la rue les échos accompagnent les allées des années qui défilent.
Jeune et bandante, vieille peau qu'on insulte comme un carcan sur nos corps et nos cœurs qu'on lacère
Un carcan sur nos corps et nos cœurs qu'on lacère.