*

CATMAT / 04.06.16


VARIATION sur une ORANGE

 

Mon quartier est pelé comme une orange
De peau déguenillée il suinte un jus poisseux de délation bon enfant cher à notre mère patrie
Un léger zeste d'humanité surnage au fond du verre quand nous gratouille la petite queue verte du printemps couleur d'or et que semant pépins et graines de perlimpinpin nous nous retrouvons ronds comme des queues de pelle au soir des plantations
Les relations acidulées d'êtres en déroutes alimentent notre boite à fantasme et recouvre d'une croute blanchâtre nos angoisses de mort quotidiennes
Les ébats entre nos chairs ocrées recrachent des fluides odorants aux vertus nourissantes, engorgeant nos ventres de relents sucrés, bavant la bouche au coin sirupeux.
Les jeunes pousses aux jardins s'étiolent quand le réveil sonne nos soeurs rancoeurs.
Mon quartier granuleux s'essaime en cercles concentriques qui progressent à la surface de la planète entière et propagent nos vertus pourrissantes, moisissures bleues de cerveaux déliquescents.

*