La Vénus empêchée

CATMAT / 14.05.16, spectacle Festival Avignon Off 2017

Le Slam de Lucy la Préhumaine


Lucy danse et la savane s'arrête de s'entredévorer.
Elle s'élance à l'assaut des masques des humains de sa tribu
Car si le symbole et les figures sont belles pour appeler les grands esprits de l'univers,
Il y a masques pervers autour du feu le soir quand chacun cherche son rôle et s'enrôle dans sa propre geôle par crainte de déplaire, pour cacher ses peurs, gagner en place forte, soif de puissance et de reconnaissance.
L'enfer de l'âme est née peut être il y a des millions de lune.

Le silence est lourd, la parole trompeuse ou lumineuse. Être aimées, admirées, écoutées, dominer, faire entendre sa voix singulière, rouge ou noire, une affaire de corps qui se frottent à fleur de mots qui s'envolent.
Affronter le scandale de la mort annoncée, connue, de tes membres bientôt dissous absents de lumière. L'insouciance animale a déserté le cœur de Lucy, des femmes et des hommes debout.
Raconter pour laisser trace, combler l'absence, résonner des pensées sur les membranes tendues des oreilles de la tribu.
Grimpe la chaleur du feu de nos échanges pour effacer la nuit.

Elle galopait cette putain de solitude dans le temps du grand silence aux grognements minimalistes.
Et les bassins pas assez large pour accueillir un fœtus mais l'humanité s'élance toute entière à travers nos gorges naissantes.
Lucy tyrannise ses cordes vocales pour dire les mots qui se bousculent,  d'amour et de détresse, de chasse et de liesse, inventant autour des grands mystères, élaborant des fragments de vérités et d'incertitudes.
La parole se fait chair et les boursouflures d'espérance s'échangent au dessus du feu qui crépite dans nos yeux qui s'illuminent de notre devenir.
Nous irons dormir le cœur emplie de nous tous ensemble et les sons collés à fleur de nos peaux.
L'incompréhension des choses est souffrance et source d'avancée.
Chaque os est rongé à crocs de syllabes ébauchées comme on partage nos connaissances.
Pensées, paroles équitables en bouches qui s'échangent friandes, affriolantes de l'élan de l'humanité qui se lance pour l'épure et le malheur, l'art et le meilleur, le seul et l'ensemble.

A la source :
Lève-toi et parle.