Mollement

CATMAT / 21.09.16

La liberté s'ensommeille

 

La liberté s'ensommeille dans le duvet moelleux de nos certitudes médiatiques.
La mécanique automatique de nos portières a huilé les gonds grinçants de nos enfermements consentis mollement…

Dans notre ville cercueil
Les cages dorées font merveilles
Et entre nos 2 oreilles
Un vide à nul autre pareil
Satisfont les caméras qui nous surveillent
Sur notre sécurité elles veillent
Nuit et jour en éveil.
Il fait tous les jours soleil
Et chaque heure à l'autre est pareille
Les écrans nous délivrent les conseils
Qui rythment notre permanent demi-sommeil.
Nulle sonnerie de réveil
Ne sonne notre éveil
Aux tromperies des noires corneilles
Les puissants d'or et d'argent du grand conseil
Qui gouvernent nos vies misent en bouteilles
Et nous buvons joyeusement le vin de la treille !
Mollement, la liberté s'ensommeille
Au cœur de nos villes cercueils