Au Hasard Ludique

CATMAT / 13.06.18
Mots demandés, mots choppés dans des textes dits dans une soirée Slam, texte écrit à la volée



Impros de mots

Donnés : crabe, jupe, puce, envahir, diable, course, supermarché
Choppés au vol : Foi, noyé, ignorance, porter, pain, nuage, siècle, aimer, mensonge


Une place bondée comme un panier de crabe.
Ça grouille, ça pince, ça vocifère et ça bouscule à coudes que voilà
Les jupes coinçées aux entournures ne volettent pas au grès des hanches.
Des mains s'égarent sur des fesses et des formes qui se refusent farouchement ou se ratatinent, tremblantes d'agressions banales qui laissent, traces après traces, cicatrices de manque de confiance, perte de fierté de soi, soir après soir, rien ne s'efface.
Se sentir envahit par chaque poids d'humanité dans cette foule trop dense, une somme de rêves frustrés, d'espoirs à peine balbutiées, d'histoires une à une si semblables dans ses sentiments universellement partagés, si différentes dans les chemins tracés. Bouffées de haine qui m'accablent, stress suintant des pores échauffés par la journée fatiguée, senteurs de stupre poisseux, filets d'amoures balbutiantes. Pas de rien, pas de vide. Nulle échappatoire à ce flux continu qui emplissent mon coeur et mon corps et l'enserre à l'étouffe.
Et la place laisse passage au domaine des diables de la modernité contemporaine, l'entre des vices élaborés par tout un fonctionnement sociétal, le temple des consommations provoquées par une multitude d'entreprise labellisées crachant nuit et jour son flot de spot, encart, affiche, panneaux lumineux qui te clignent de l'oeil en te racontant le sens final de toute vie ici-bas, branle bas de combat pour attirer cartes de fidélité, d'abonnement, de fausses ristournes, accumulation de points pour gadgets inutiles offerts. Hyperhypersupermarchés à caisse enregistreuses aux esclaves nouvelles maltraitées d'horaires, d'abus de pouvoir et de course au rendement pour prime dérisoire. Dégaine ta carte bleue, c'est ta seule identité validée. Carte à puce qui gratte là où ça démange de dépenser pour se croire exister. Avoir la foi du gavage, noyé dans les objets, la nourriture, l'hitech, vente de trecks pour touristes pressés d'engrangers sensations programmées.
Ignorance rence du vivant.
La miche de pain est là sur la table, croûte prête à rompre entre êtres conscients du moment présent.
Mettre en pause et porter les nuages à bout de prunelles nettoyées des slogans du siècle des néons clignotants à une vitesse dépassant celle des neurones en état de fonctionnement.
Mensonge, ment et songe à des rêves falsifiés.
Verbe aimer calibré par télé réalité magazinés en feuilles glacées de célébrités sponsorisées par marchands de canons discrètement effacés des Unes trés minutieusement calibrées pour surtout tout oublier de ceux qui décident de nos vie et de nos morts.
Et nos ventres d'hommes et de femmes hurlent et résonnent de leur trop plein de vide.