Ceci est une fiction

CATMAT / 07.11.2020



Les histoires inutiles


J’écris des histoires qui ne servent à rien. Elles ne sont ni drôles ni érotiques, n’ont aucun caractère historique, politique, social ou écologique. Il n'y a ni suspense ni intrigue, pas de poésie ni de philosophie. Elles ne font pas peur non plus. Ni pleurer. J’écris des histoires qui ne servent à rien et je ne comprends pas pourquoi il y a des gens qui les lisent. Car mes histoire se vendent, et même très bien. Il faut bien gagner sa vie, et mon éditeur numérique et ses nombreux diffuseurs click and collect m'en redemandent. Les commentaires lapidaires des lecteurs ne m’avancent guère : formidable, j'ai passé un bon moment, à quand la prochaine histoire ? Quel délassement ! J'écris sans style des histoires inutiles et les gens aiment ça. Mon éditeur est en train de passer un contrat avec des chaînes d’hypermarchés qui souhaitent des éditions papiers pour vendre dans leurs rayons entre Gala et l'huile de vidange. Sur les sites en ligne, et bientôt sur les couvertures des livres, il y a une photo de moi avec un chat. Ils m’ont dit qu'il fallait absolument un chat pour la communication marketing. Comme je n'en ai pas, j'ai emprunté celui de ma voisine, il s'est montré très coopératif. Ils m'ont également conseillé sur la coiffure, le chemisier et le léger maquillage. Je souris mais pas trop, juste ce qu'il faut. Voilà, j’écris des histoires qui ne servent à rien et je gagne de plus en plus d'argent.