L'Appat

CATMAT / 25.03.17

L'épaule


L'épaule arrondie d'un muscle allongé mais puissant
Corps saillant d'une masculinité affriolante
Croise mon regard qui s'échappe d'une occupation sitôt réduite à néant
Puis ma tête et mon cou suivent le mouvement de cet appendice
éminemment sexué
Et mon buste, ma taille, mon bassin :
Me voici figurine égyptienne aux perspectives dissociées
Tordue de concupiscence
Jambes encore à la tache
Et tout le haut tendu vers cette chair en vadrouille
Excitant mes papilles.
L'élan tout entier s'étire et je me lève pour de bon
Prête à suivre l'appât qui titille mon envie de mordille à tout va
Me voici nez tendu en avant comme à la recherche de l'effluve promise
par le roulement testostéroné
Roulant hanches impatientes
Obligée presque de courir pour ne pas perdre la piste de l'homme aux trop grandes enjambées
Stoppée net d'un coup suite au passage incongru autant que bienvenu
d'une fanfare en mal d'enfants morts pour la patrie
Et mon visage entier atterrit dans son triceps bandé par l'effort d'un avant
bras agrippé
à un poteau surgit du chemin.
Je profite qu'en arrière on me pousse itou pour me hausser
sur la pointe des pieds
Et poser enfin ma joue, ma bouche, appuyées sur l’épaule tant convoitée.
(La chemise est fine)