Naître...

CATMAT /07.03.20, Impro soirée spectacle des collectifs, Petit Ney



L'Ennui

Va, là où l'ennui te mène
Le cœur en bohème
Et la tête en brume
Sur les ruines de tes désirs enfuis
Fait confiance à la semelle de tes chaussures
Et grignote à l'usure le temps qui coule
Murmures d'un monde dont ton cœur s'éloigne
Le vide se soigne
Au fil de rencontres inattendues
Vois cet homme allongé sans avoir mangé
Il a une vie de sage à te raconter
Ceux qui n'ont plus rien à perdre ou à gagner
Savent regarder l'homme et sa façon de faire société
Derrière la vitrine de cette autre rue, on chante
En groupe et en désordre
Un peu faux mais à plein cœur
Ballades légères et chants de révoltes,
Quelques rengaines d’un autre temps
Mémoire de soi, un soir de nous, un bout de tous
Cesserons-nous un jour de vivre à genoux ?
Il fait encore un peu clair
Et la lumière danse une dernière fois entre les feuilles frémissantes
Parfois tu penses et puis t'oublies
Ta vie, tes rêves et ton ennui
C'est déjà le creux de la nuit
Une fille esclave se détruit dans le désir d'autrui
Des amoureux se bécotent du bout des yeux
Les angoisses intimes s'installent ou s'font la malle
Les enfants d'la balle égaient les cœurs éteints
Et tu bailles, enfin
Le corps lassé des heures passées à contempler quelques étincelles d'humanité
Tu laisses au bord du lit tes pensées froissées
Et tu t'allonges, nu.e, seul.e
Dans l'attente d’un jour où naître


* Sculpture Jaume Plensa