Poussière de terre

CATMAT / 07.07.12


La dernière plume du dernier oiseau


Quand la dernière plume du dernier oiseau
Longtemps après que les deniers s’enfument et volent en tisons
Les hommes se sont tus et les rêves, les mains nues pour peindre ou étreindre
Il y a des lustres que tout s’éteint…
Le vain de l’humain dont il ne reste rien.
Quand ? Quand demain la dernière plume ?
Quand ? Quand s’allument les derniers chemins ?
Il y a
Les yeux qui se ferment et la flemme de faire, la facilité de se taire
Laisser, laisser filer la toile qui nous défait
Les perles de mort s’empilent
Quand l’humilité se défile…
L’esprit s’est rabougrit dans sa niche aux barreaux de haute sécurité.
Du pain et des jeux
Nous partons à petit feu.
Je m’assieds près de l’allumeur de réverbère
Et guette la mort du soleil
Du bord de la planète.
La dernière plume du dernier oiseau
Sans autre oraison que notre manque de cœur et de raison.
Je prends ma plume
Ecrire à toutes les roses ;
Les astres sont insensibles à toutes nos menaces…
Les poussières de terre
S’effacent de l’univers
e