Printemps des poètes

CATMAT / 28 mars 2009


Jour de fête à la Maison des associations
du 18ème arrondissement de Paris


Compter, décompter, raconter la Contrée du 18ème arrondissement associé.
Alphabet des jours heureux
A portée de main / Amis de tout poils
Porte ouverte
Solitude AC !
Sortir de chez soi…
J’épelle :
1000 visages et autant d’âmes,
Regarde :
5 minutes pour rêver
A petits pas ou à Tire d’ailes
Voyage au cœur de l’humain.
Un pont, entre différents rivages
Arc en Ciel, théâtre de lumières
Entre toi et moi s’éclaire (c’est clair)
Poser, oser, déposer
Les peurs, questionner
Quelques réponses apportées…
A portée de main
Je vous parle d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Destination 2055.
Archiver le futur de nos espérances passées.
Exprimer, calligraphier, mettre en braille points saillants :
Nos racines d’Afrique, gourmandises cosmiques, Cie Transatlantic, nos blessures atomiques,
Nos déroutes kafkaiennes, enfermements sectaires, taxations boursières, nos cultures vivrières.
Au sommet de l’abricotier sauvage surnagent les mages de la médiation des coeurs et des corps.

D’art et de soie, décor sonore d’un bruissement des langues du monde
Migration des peuples, les goûts et les couleurs, à chacun ses odeurs, emmêle-moi nos choix et nos humeurs.
Cœur de rire, Clownessence, cirque et percussions, capoeira, arts du quotidien, de la bricole, compagnie, compagnie, compagnie, compagnieros, ensemble on s’affole, s’affale et fait la folle, bêtes libres, sauvages et dignes, debout !

L’éclaboussée vive, l’interloque et Les goulues de la vie Osent aujourd’hui l’amitié, Interaction des indivisibles.
Lire les Droits de l’humain, à l’envers à l’endroit, à l’endroit à l’envers, à l’envers à l’endroit,  et demain, lalalalala…
Psycho-socio-sémio-sémiantico-prise de tête :
Dialogue de l’image de soi dans la tête des autres avec le reflet de soi-même
En clair : « tu penses quoi de moi et ça me construit quoi de moi ? »
Je suis le mélange, le bruit et les odeurs, d’un magma d’ADN survolté, inné, modelé par les familiers de l’enfance, cours de l’école à la récré, pré-carré d’une société qualibrée, échappées belles de rencontres inopinées, je prends et me déprends de moi-même, j’accède à L’invitation au voyage de l’interaction paysage.

« Fais-moi une scène Echo râleur », je rie je pleure et puis j’oublie,
Chaque instant de vie m’éblouie.
J’ouvre la fenêtre et m’inscrit dans le soleil du moment,
Le présent vécu pleinement,
C’est ma : survie.
Ma vie ? Mes mots, ma plume est à vous. J’écris comme on opère : en urgence ! Donne-moi 10 mots pour faire la rime à notre histoire… mes mots dans ta bouche et les tiens dans la mienne, j’veux qu’tu m’touches, on est unique !
Il est un lieu que 1000 trésors d’âmes décorent d’arts et de lumières, bienvenue au Petit Ney ! Théâtre-Tube à essai, mon slam fait des petits un samedi par mois, un toit pour toi, crois-moi, la parole est à qui veut la prendre.
Tendre la main
Tatoulu? Moi non plus.
Tu sais :
La Terre est belle, j’respire ma planète, assouvie ma soif de savoir et d’eau, grimpe aux courants-d’air, galope dans les plaines à tire d’ailes, grignote les montagnes de mon pas sûr et lent, Gare aux pollutions ! Grabuge dans les poubelles, galipettes d’atomes mal-crochus, gonfle ta croissance et les vaches seront mal gardées !
Regarde :
1001 mots, 1001 images pour dire le monde, bienvenue dans la ronde, prends garde à la beauté des choses !

Mon p’tit doigt m’a dit « la musique adoucie les mœurs ». C’est la fête au coin d’la rue, « silence on chante » ! Halte aux mouroirs du quotidien, il y a une association pour chacun. Semeurs d’envies de vie, au secours du peuple qui s’ennuie. Union, unis-cités, Sos solidarités, la soupape ailée des jours sans pains, c’est le sel de Paris des faubourgs, vue sur jardin. Réseaux, Réagir, relayer, la mémoire du jour qui vient te crée des liens ; Va, vis et deviens !


Les noms soulignés sont ceux d'associations du 18ème